AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 GOOD DAY TO HIDE (JULIA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Julia Salucci

i've been thinking what
to do with my future

PRÉNOM : clémentine/we are ordinary monsters.
AVATAR : nastya kusakina.
CRÉDITS : sugar slaughter.
MESSAGES : 499
DEPUIS QUAND : 08/05/2016

GOOD DAY TO HIDE (JULIA) - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: GOOD DAY TO HIDE (JULIA)   GOOD DAY TO HIDE (JULIA) - Page 2 EmptyJeu 26 Mai - 23:43


Je revêts avec une rapidité presque maladroite ma robe d’enfant dont je ne suis guère digne. Je me hâte, désirant au plus profond de moi m’extraire de ce lieu et retrouver la quiétude fraternelle que j’ai malencontreusement quitté un long instant. Moment affreusement paradoxal où j’ai vécu tantôt le ravissement, tantôt une affligeante désillusion. Personne ne doit être mis au courant, surtout pas mon père, encore moins Raffaele, pas même Giova. Elle aime bien trop mon géniteur pour lui dissimuler cette révélation. Mais surtout, elle s’apercevra que cet instant a causé un certain dégât en moi, qu’il ne m’a guère été bénéfique. Que j’ai tout gâché. Je comprends désormais. Et je fulmine d’une rage fumante qui prend part dans mes entrailles. Une haine sans précédent s’immisce dans mon estomac, englobant le moindre de mes membres d’une chaleur insupportable. J’entends soudainement le chant de l’eau s’interrompre, seul persiste l’écoulement des dernières gouttes. Je m’immobilise un instant, la colère bouillonnant s’atténuant, laissant place à une vague d’un froid glacial. Froid qui s’accroît d’autant plus lorsqu’un rire presque monstrueux s’amène à mes oreilles. Je suis pétrifiée. Mon corps sur le qui vive, j’empoigne mes dernières affaires et les sers plus fort que jamais au creux de mes frêles bras. Je recule, d’un pas décidé et tremblotant, apercevant Gino sortir de son antre humide. Des frissons polaires me traversent l’entièreté du corps, d’autant plus quand je croise ce regard qui m’a tant effrayé il y a peu.
Je ne sais que faire, que dire, que penser. Après tout ce n’était que la première fois. Et la douleur me revient en tête. Ardente, s’élançant avec force et violence. Un déchirement, rien de plus. Même si ses doigts fermes et délicats sont parvenus à tirer un tant soit peu quelque chose de mes cordes vocales, je n’oublis pas l’affliction. Je la sens désormais, coulant d’entre mes jambes, se répandant lascivement sur le blanc virginal de mes chaussures en toile. L’effarement teinte mes prunelles, desquelles se dirigent alors sur mes cuisses. L’écoulement est lent, le sang filant droit, à une vitesse vertigineuse. Quelques gouttes seulement, mais elles me suffisent à m’ébranler. Je relève la tête, laquelle ne tient guère plus que grâces à quelques tendons. La stupéfaction est telle, que je me sens tout à coup presque vidée. Comme si l’on m’avait pressé et que plus aucun organe vital ne résidait en mon corps. Dépecée, mise à nue, souillée, salie, insultée, déshonorée, terrorisée. Voilà ce que je suis en cet instant où j’écoute les durs mots sortant de l’acerbe bouche de Gino.
Giova m’avait appris bien avant l’heure que le sexe est un sujet délicat avec lequel il faut prendre des précautions lorsqu’il est abordé avec un homme. Ces derniers n’ont d’estime que pour leur membre turgescent, poignard qui perce les femmes dans ce qu’elles ont de plus cher et de plus précieux. Et je l’ai laissé me voler ce bien. Sans presque aucune défense, il ne lui a fallu faire guère d’effort pour parvenir à son but. Paralysée, la lèvre tremblotante, je n’ai de cesse d’hésiter. Courir auprès de la porte afin de m’enfuir ou rester et entrevoir peut être le pire avenant ? Mes muscles sont tendus de peur et ne souhaitent point se mouvoir. Je redoute qu’il se rapproche, qu’il m’empoigne et me fasses regretter mes dires. Ce qu’il se produit déjà en réalité. Je peux entrevoir un certain désappointement poindre dans sa voix. Il renonce, ouvrant la porte, m’invitant presque à en passer le seuil. L’aurais-je réellement blessé ? Les hommes sont décidément bien trop fiers. Désirait-il cependant que je le rejoigne dans cette douche, ou alors que je l’attende sagement telle une idiote sur le couvre lit ? Que pensait-il lorsqu’il s’est retiré, laissant la frustration atteindre mon corps fraîchement dépucelé ? Et que croyait-il alors, quand il m’a laissé entrevoir la noirceur de son être lorsqu’il a planté ses pupilles dans le tréfonds des miennes ? Ce regard m’a réfrigéré le sang. A y repenser, j’en tremble à nouveau. Il me permet de m’en aller. La tournure de sa phrase est étrange, je ne la comprends guère tout à fait. Mais je ne compte point me laisser prier. Aussi je ramasse les bribes de mon insouciance que je tenterais en vain de rabibocher, et je m’approche du pas de la porte, à pas lents et calculés, en faisant attention de ne pas être trop près de lui. Qui sait ce qu’il pourrait me faire lorsque je serais à ses côtés ? Le sang continue sa course, je ne prends pas la peine de l’essuyer, passant simplement le châssis de l’entrée du caveau de ma pureté. Je ne fais que souffler d’un ton où l’on peut pressentir de l’incompréhension. Mais qui es tu vraiment Giorgio Salvatici ? Je ne le regarde point, mes yeux voilés fixant le sol du couloir, que je foule alors. L’air n’est pas dans le même dans cet endroit de l’hôtel. Je recommence à respirer, la poussière et l’exhalaison de renfermé ne me dérange plus, je quitte nos fragrances  et me met alors à courir à travers ce long couloir. Me dépêtrer de là, voilà à tout ce que je pense. Je ne me retourne pas, je ne souhaite point entrevoir ses yeux posés sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
GOOD DAY TO HIDE (JULIA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» ZC GIRL - ZC BORG : JULIA
» [Billet, Julia] Sayonara Samouraï
» GOOD NEWS !!! Enfin le retour de GSD ! lol
» (Clip) GOOD DAY - IU.
» How to write a good CV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ICI LE JOUR :: HORS JEU :: LES HISTOIRES-
Sauter vers: