AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 THE SIN IS NEAR (LUCA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Ven 15 Avr - 11:40

Il pleut des trombes dehors.
Les caniveaux sont inondés et je marche vite, mon manteau relevé sur ma tête, à la recherche d’un abri. Je laisse échapper des injures – un peu pour la forme, un peu pour mon agacement.
La petite église et ses deux grandes portes ornées se dressent au bout de la rue. J’accélère alors mon pas pour regagner le lieu saint. J’entre alors dans le bâtiment et mes cheveux laissent tomber des gouttes sur la pierre froide, troublant alors le silence religieux d’un curieux fracas.
Je ne suis pas seul.
Il y a quelqu’un d’assis sur les bancs, les cheveux longs, trempés eux aussi. Je m’avance, une étincelle dans le regard. Je reconnais quelqu’un, c’est Luca. Une rampante, elle et ses frères. Il n’y a qu’à regarder les cernes immenses sous ses yeux, ses pupilles étrangement dilatées et son teint cadavérique pour savoir que quelque chose cloche chez elle. Mais ça me procure une sorte d’excitation de croiser sa personne dans une église. Elle me dirait cap d’y foutre le feu que je lui dirai oui et qu’on s’enfuirait en riant à gorge déployée, comme des enfants qui viennent de faire une très grosse bêtise.
Je m’assieds à ses côtés et je ferme les paupières, prétextant alors une méditation christique.
Ma main vient effleurer la surface de sa cuisse, du bout de l’index.
Pure provocation.
Je laisse un sourire flotter sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : super zer
AVATAR : charlotte jane zer
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (zer)
MESSAGES : 95
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Ven 15 Avr - 20:21

Luca-l'épave a échoué sur les bancs de la petite Eglise grise. C'est les embruns et la pluie qui l'y ont poussée.
Le problème, aujourd'hui, comme hier et comme demain c'est que Luca, elle ne devrait pas être là. Ca fait deux heures qu'elle a dit
- je reviens dans dix minutes.
Mais comme à chaque fois, Luca ne revient pas.
Elle oublie parce que la drogue distend son temps, alors partir deux semaines c'est comme partir dix minutes. Les garçons l'attendront, de toute façon, et s'ils se rendent compte de son absence ça ne fait rien : ils partagent avec elle cette drôle distorsion du temps.
Alors, seule sur un banc de l'église, elle laisse ses cheveux dégouliner de pluie et de gris sur le bois déjà trempé. Elle voit l'autel et elle ne le voit pas, les formes se tendent et se détendent le tout dans un brouillard qui l'empêche de s'intéresser entièrement à ce spectacle psychédélique qui danse devant ses yeux (seulement les siens). Elle n'y plonge pas totalement et le fait entièrement si bien qu'elle n'entend pas les portes s'ouvrir sur sa solitude, et elle sursaute un peu quand le corps d'un garçon tombe d'en haut à ses côtés. Elle lui jette un regard éteint sans un mot, ils ne se regardent pas parce que ce que regarde Gino c'est le rien et elle retourne à sa contemplation de l'autel qui danse. Puis, les doigts du garçon viennent effleurer sa cuisse humide, elle ne tique pas.
Elle connait.
Lui aussi, elle le connait.
Elle l'apprend à chaque fois pour mieux l'oublier les fois d'après.
A nouveau elle lui jette un regard vide et vitreux et en réponse à son sourire lui en rend un - un peu bancal et narquois - qu'il ne verra pas.
Elle attrape la main qui glisse sur sa cuisse, la retourne pour mieux jouer avec ses doigts opportunistes (ça va surement l'agacer).
- Salut Gino. déclare-t-elle d'une voix qui déraille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Ven 15 Avr - 21:10

Ma main se trouve emprisonné dans l’étau de celle de Luca.
- Salut Gino.
Sa voix part dans tous les sens, on dirait un vieux train en bout de course. Je laisse sa main chatouiller mes doigts, je la laisse faire. Mes yeux finissent par s’ouvrir et je les pose sur elle. Je récupère ma main qui revient se déposer tranquillement sur mon genou.
- Voyons, je ne crois pas qu’on soit dans le lieu le plus approprié pour ces choses-là.
Je murmure ces paroles et les ponctue d’un petit rire.
Enfin, je serai pas étonné, avec Luca. Qu’on déraille tous les deux, que sa main vienne s’agripper à mon cou et ma bouche à la sienne, dans un élan de fureur divine. J’en connais qui s’évanouiraient à cette pensée. J’en connais qui se signeraient plusieurs fois de suite pour se protéger et pour nous envoyer tous les deux en Enfers. À ceux là j’aimerais leur dire qu’on est déjà à moitié rongés par les flammes du mal. Ça se voit dans nos yeux. Surtout dans ceux de Luca.
Incapables de fixer un point.
- Depuis quand tu fréquentes l’église ? T’essaies de te donner bonne conscience ?
Je ricane.
J’ai eu droit aux rendez-vous hebdomadaires. Les habits du dimanche, coincé entre mes deux parents. Je me prenais un coup de pied lorsque je restais assis parce que je m’étais bêtement endormi d’ennui. Et pourtant aujourd’hui je pourrais encore répéter les prières par cœur. Il y en a même que je connais en latin.
Luca par sa simple présence donne à l’église des airs de messe noire.
À cause de ses yeux fous, de sa tête qui dodeline doucement, de ses cheveux sombres. Ce serait elle la martyre, la crucifiée, je ne serai pas étonnée. Vendue pour la drogue, pour de la poussière de rêve. Capable de se sacrifier pour un peu d’illusions colorées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : super zer
AVATAR : charlotte jane zer
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (zer)
MESSAGES : 95
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Sam 16 Avr - 11:07

Gino abandonne dans son silence froid sa main aux doigts de Luca.
Elle fait glisser ses ongles le long des sillons qui dessinent un million de tourbillons au creux de sa paume, tant qu'il lui permet. Mais ça ne dure pas longtemps et bientôt il ouvre les yeux pour mieux la regarder et sa main se pose doucement sur son genoux, à lui.
C'est étonnant, ça, que Gino pose la main doucement quelque part. D'habitude quand sa main-météorite s'écrase quelque part, ce n'est jamais délicatement. Ça laisse souvent des crevasses dans la peau et une galaxie de bleus.
- Voyons, je ne crois pas qu’on soit dans le lieu le plus approprié pour ces choses-là.
Il murmure comme s'il avait peur qu'on l'entende, mais il n'y a personne ici, et de toute façon il n'a jamais peur de rien, lui. Luca non plus n'a peur de rien. Surtout pas de lui.
Alors elle le regarde à son tour et elle ricane en posant ses chaussures boueuses sur le banc devant eux. Il dit ça, Gino, mais il ne le pense pas. Elle a commencé à comprendre, maintenant, comment il fonctionne.
- T'en serais pas capable alors ?
Elle plisse les yeux en dévoilant les dents puis reporte son attention vacillante sur ses ongles abîmés.
- Tu es sans doute bien trop pétri de principes.
Luca étire ses longues jambes et ses longs bras, ça craque de partout en dedans.
- Depuis quand tu fréquentes l’église ? T’essaies de te donner bonne conscience ?
Au ricanement de Gino, Luca fait écho.
- Pas envie d'être mouillée.
Elle hausse les épaules en ramenant ses pieds par terre, pose son coude sur ses genoux et dans sa main ouverte, appuie sa tête qui ne tient pas debout. Luca baille, Luca a l'esprit qui flotte, Luca s'endort très lentement.
- J'avais envie de voir...
Sa voix s'éteint à mesure qu'elle parle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Dim 17 Avr - 12:22

Il y a toujours comme … de l’électricité dans l’air, avec Luca. Ça grésille dans tous les coins de son corps, au fond de ses yeux, dans ses gestes, dans ses paroles hachées et meurtrières. C’est une concurrente de taille, cette fille.
- T’en serais pas capable alors ?
L’insolence prend la forme de son visage qui a la pâleur des fantômes.
- Tu es sans doute bien trop pétri de principes.
Je pouffe, amusé par la situation. Je me penche alors sur son oreille et prenant une voix que mêle menace et sensualité, je murmure
- Je crois que tu ne sais pas à qui tu parles, Luca.
Si elle veut jouer, très bien. Moi je serai toujours le premier à vouloir gagner, de toute façon. Elle me pousse tellement à bout et à dépasser la fameuse ligne blanche. Je suis sûr que je pourrais blesser, pire encore, pour ne pas voir ma fierté et mon honneur entaché par la défaite.
- Pas envie d’être mouillée.
Ah. Définitivement, Luca restera Luca. Pas d’espoir de rédemption pour cette fille-là, encore moins de pardon du ciel. Rien de tout ça. Puis Luca les genoux à terre, c’est certainement pas pour prier. Je chasse rapidement cette pensée de mon esprit.
- J’avais envie de voir …
Je pince son ventre brusquement, pour qu’elle se réveille.
C’est le problème avec les camés, ils sont toujours là et pas là à la fois. Je me demande d’ailleurs si elle sait encore à quoi ressemblent les vraies couleurs et la vraie vie. Je me demande si elle me voit de la même façon que je la vois, elle.
- T’es pas très inspirée aujourd’hui. Je t’ai connue sous des jours meilleurs.
J’espère que mes pointes vont piquer suffisamment son esprit pour que je réussisse à susciter son intérêt.
J’ai pas envie qu’elle dorme.
J’ai envie de m’amuser avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : super zer
AVATAR : charlotte jane zer
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (zer)
MESSAGES : 95
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Sam 23 Avr - 23:44

Gino pouffe, ça amuse Luca parce que faire pouffer Gino c'est quelque chose. Reste juste à savoir s'il a vraiment du rire dans le coeur ou s'il fait ça pour faire joli. Même si, entre ses dents à lui, c'est jamais bien joli.
Les amusements de Gino sont bien sombres et font bien peur, oh, pas à elle, mais aux autres ou du moins aux autres s'ils savaient parce que Gino c'est un vrai salaud. Il fait les gentil à l'immeuble mais en vérité c'est rien qu'un con qui frappe sur ceux qu'il n'aime pas (et même les autres) et c'est comme ça qu'il s'amuse vraiment. Mais ça ne préoccupe pas Luca. Il fait ce qu'il veut, avec qui il veut, quand il veut, elle, elle et puis ses frères s'occupent seulement de racler la poussière à la recherches des bribes de secrets abandonnés là par tous ces jeunes qui s'abandonnent les uns aux autres loin des yeux de leurs parents-prisons.
Et puis, quand ils ont bien raclé tous les mots oubliés, les Gallo grattent sous la poussière à la recherche des pièces que leur donne Gino. C'est à ça qu'ils servent les Gallo. (à rien)
- Je crois que tu ne sais pas à qui tu parles, Luca.
Il murmure et elle ricane.
- Bah vas y alors, montre moi à qui je parle.
Elle penche la tête sur le côté avant d'arracher ses yeux à ses traits et de les perdre dans une drôle de torpeur laiteuse. Mais les doigts du garçon pincent son ventre et elle sursaute en lui agrippant le bras.
- Mais ça va bien toi??
Elle garde son poignet entre ses doigts quand il dit :
- T’es pas très inspirée aujourd’hui. Je t’ai connue sous des jours meilleurs.
Luca hausse les épaules, Luca se fiche de ce qu'il pense, et ses ongles recommencent à courir sur sa peau à lui, à travers le tissus de son manteau.
- C'est à cause de la pluie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Dim 24 Avr - 14:38

J’ai du mal à décrire l’effet de Luca sur moi.
Je crois que dès qu’elle est dans les parages, je deviens électrique et joueur. J’ai envie de sauter et de courir partout, de me comporter comme un chiot. J’ai envie d’aller faire des courses de voiture, d’aller me battre pour montrer qu’ici bas c’est moi le plus fort, c’est moi qui règne. Mais parfois elle me tape sur le système, elle me regarde avec ses yeux qui meurent dans le vagues, ses yeux dingues qui savent même plus où se poser. Elle me regarde et on dirait que rien n’a d’importance, il n’y a que la cupidité et ses piqûres de vie.
- Bah vas-y alors, montre moi à qui je parle.
Mes sourcils se haussent.
Elle s’offusque, parle de la pluie.
Moi, je veux lui montrer qui je suis, de quoi je suis capable.
Mes deux mains s’approchent de son visage, effleurent ses joues pâles et maigre et viennent finalement s’échouer sur son long cou blanc. Mon corps d’avance sur le sien, dangereux comme une vague immense qui irait s’écraser sur un pauvre village. Je mets un peu de pression dans mes doigts, de quoi l’inquiéter, de voir la veine qui court sous son pâle épiderme gonfler un peu et son œil s’écarquiller lentement.
Je la pousse un peu et allonge son corps disloqué sur le banc.
Mon buste la suit dans cette espèce de chute.
Je colle ma bouche contre son oreille.
- Je suis Giorgio Salvatici. Si je veux, je peux te faire tuer, toi ou même tes frères. Alors je peux te dire que je suis capable de tout, d’absolument tout.
Je desserre l’étau de mes doigts, et là où la peau est marquée de rouge par mes mains, j’y pose mes lèvres, ma langue et mes dents aussi. Je fais un petit ravage au creux de son cou.
- Et me donner à ces déviances, ici, ça ne me pose aucun problème.
Je murmure contre sa peau avec un profond soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : super zer
AVATAR : charlotte jane zer
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (zer)
MESSAGES : 95
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Dim 24 Avr - 17:57

Il hausse les sourcils et elle se retient de rire : c'est trop facile avec Gino.
Trop facile de lui faire faire des choses faciles ou difficiles, parce qu'il a un si gros égo qu'il lui faudra relever n'importe quel défi qu'on lui lance. Suffit pour cela de remettre en question sa capacité à les relever et il sera le premier, alors, à gonfler fort la poitrine pour hurler qu'il est un homme qu'il est Gino Salvatici et qu'il n'y a pas de défi qu'il ne puisse relever.
Peut-être que si elle lui demandait de se jeter sous un camion il le ferait.
Peut-être pas.
Il doit rester quelque part sous les litres de fierté qui gonflent le coeur de Gino quelques grains de lucidité.
C'est un peu pareil pour Luca. Même si c'est pas de fierté dont elle est gonflée.
Déjà, ses mains blanches et froides sont sur sa peau à elle, ils ont suivi la route abrupte de ses joues pour s'échouer sur son cou et maintenant il serre les doigts comme s'il voulait lui faire croire qu'il va la tuer.
Luca n'y croit pas.
Elle n'a pas peur de lui, pas peur de Gino parce qu'elle sait qu'il ne la tuera pas. Il n'y a aucun intérêt dans le fait de lui ôter la vie, si ce n'est de se défouler, mais pour ça, il peut se contenter de cogner. Mais, et si?
Non, Luca ne croit pas.
Elle se laisse faire et son corps se fait coton, les doigts du garçon s'y enfoncent comme de la mousse et sous ses pouces s'accélère son pouls à elle qui le regarde sans s'inquiéter. Elle ne sourit pas, le regarde juste de son regard tranquille où viennent s'écraser les vagues de son esprit qui divague. Bientôt il est sur elle et elle sur le banc, son dos trempé collé au bois encore plus froid que son cœur à lui. Il a beau faire semblant : il a le sang chaud, Gino.
- Je suis Giorgio Salvatici. Si je veux, je peux te faire tuer, toi ou même tes frères. Alors je peux te dire que je suis capable de tout, d’absolument tout.
Il a la bouche contre son oreille et son souffle chaud bientôt caresse sa peau à la place de ses doigts qu'il retire doucement. Ça brûle un peu mais ça va.
Et déjà Gino s'affole et faire courir ses lèvres sa langue ses dents après son souffle après ses doigts, il chatouille l'épiderme glacé de sa pauvre petite poupée qui ne sent presque rien. Endormie ou perdue la douleur, dans les brumes de son cœur et de son esprit, remplis encore des vapeurs liquides de l'héroïne.
- Et me donner à ces déviances, ici, ça ne me pose aucun problème. il murmure.
Luca enfin s'anime un peu et dans ses yeux où se mélangent la pluie et le bleu plonge le brouillard des siens. Elle tend son cou vers son visage, et, posant à son tour ses lèvres tout contre son oreille, lui souffle :
- Prouve le.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Dim 24 Avr - 20:00

Il n’y a rien dans ses yeux.
Il n’y a même pas la flamme du désir, même pas le crépitement des étincelles. Il n’y a mêmes pas de lueur sombre. Rien. C’est plutôt quelque chose de vaporeux et de laiteux, comme un voile. Ses yeux semblent n’être qu’indifférence à mon égard. Alors évidemment, ça fait gronder la colère en moi. J’ai envie de serrer les poings et d’en balancer un dans son visage pour lui dire mais réagis, éprouve quelque chose, sois quelqu’un, bon sang !
- Prouve-le.
Bien sûr que oui, il fallait s’y attendre, à ça. Mais je crois que ça ne me dérange pas, je me suis assez échauffé. Je sens que ça bouillonne en moi, elle a réussi à attiser la flamme avec ses doigts qui couraient un peu partout sur mon bras, avec son souffle chaud et évanescent, comme une invitation à aller me perdre contre elle. Je quitte le refuge glacé de ses yeux pour jeter un regard autour de moi.
J’aperçois alors la statue de la Vierge, et pas loin il y a Jésus crucifié. On voit aussi de grands tableaux présentant des scènes religieuses, et ça me fait sourire. Un sourire carnassier et monstrueux, un sourire qui traduit mon excitation à l’idée de souiller la religion, de m’en moquer royalement en péchant au sein même du lieu sacré.
L’adrénaline gonfle mes veines.
J’entends mon cœur qui bat – il prend toute la place dans mon cœur.
Est-ce que c’est de la peur ?
Je laisse échapper un rire nerveux et énorme dans l’église.
Je pense à tous ces vieux qui traînent leurs culs ici tous les dimanches et aux femmes éplorées qui prient le seigneur à genoux. Je lance un dernier regard à la vierge Marie puis à la figure christique et j’ai envie de leur dire à tous les deux qu’ils aillent bien se faire voir.
Mon visage retourne sur celui de Luca qui reste imperturbable.
Je commence alors à me déshabiller et mon regard sévère sur Luca lui intime silencieusement d’en faire de même. Si on se fait surprendre et dénoncer, je me fais tuer, c’est clair. Mon père me vire de la maison et me brûle vif, ma mère prétextera qu’elle n’a jamais eu d’enfants. Je cligne des yeux pour chasser ces pensées et je retourne m’accrocher à Luca, une main accrochée à ses cheveux, l’autre la maintenant contre moi.
L’effort est silencieux et mécanique.
C’est juste la satisfaction d’un besoin primaire.
Il y a une certaine brutalité dans mes gestes, parce qu’il y a cette espèce de fierté à accomplir un tel acte dans un tel endroit, et puis pour lui montrer que je suis Giorgio Salvatici, et que je peux lui rendre la tâche désagréable.
Puis ça se termine comme ça a commencé.
Dans le silence.
Je quitte le visage de Luca, je me rhabille et je m’assieds sur le banc, l’air de rien.
- Alors, c’était suffisant comme preuve ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : super zer
AVATAR : charlotte jane zer
CRÉDITS : NEPTUNIUM 237 (zer)
MESSAGES : 95
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Mer 27 Avr - 20:05

Les yeux de Gino ricochent contre l'autel les vitraux les colonnes de la nef, se heurtent contre la pierre froide et Luca rigole. Elle a toute la poitrine qui s'agite d'un rire silencieux contre le coeur-glaçon du garçon et elle se demande s'il cherche dans tout ça des traces de ce qu'on lui a toujours appris.
Soit fort, Gino.
Soit un homme, Gino.
Fait semblant, Gino.
Fait tout un tas de trucs débile comme taper sur les gens que t'aime pas, ceux qui te bousculent, ceux qui viennent pas d'ici et puis les homos aussi, et puis sauter sur toutes les filles parce que c'est qu'à travers elles que tu seras un homme un vrai mais attention Gino pas n'importe quelle fille pas n'importe qui. Faut choisir tes amis et puis ne pas en avoir aussi, juste deux ou trois pour faire comme ci, deux ou trois à qui on peut dire aide moi.
Gino a beau rouler des mécaniques il est tout seul sous son grand soleil noir de haine.
Luca est juste derrière et Luca, elle le sait, elle a gagné. Bientôt Gino quittera de ses yeux iceberg le visage figé de la vierge pour se poser sur le sien.
C'est maintenant qu'il la regarde avec un drôle de feu éteint et froid au fond des yeux. Il se déshabille sans un mot (à quoi bon?) et sans un mot toujours, juste avec les yeux, semble lui conseiller de faire pareil. Oui mais voilà, Luca n'a pas envie.
Luca n'a jamais envie.
Ou peut-être que si, qu'elle a envie tout le temps, et sous les flammes bleues des yeux de Gino qui plus qu'elle contemplent son péché, elle retire son bas sans se presser. Ses doigts agrippent ses cheveux sales et humides, elle sourit et se laisse faire, il fait ce qu'il veut ce qu'il veut ce qu'il veut tout le temps, elle n'en a rien à faire et hésite à ne pas bouger du tout. Ses bras à elle, en réponse aux siens qui la serrent contre lui esquissent un mouvement, mais aussitôt elle les laisse retomber et sourit entre les saccades de leurs souffles unis-désunis.
Gino joue à la brute même quand il fait l'amour et elle se laisse mourir comme d'habitude.
Entre ses bras, cette fois.
Quand il s'écarte à nouveau d'elle et que son regard retourne flotter vers des ailleurs qu'elle ne cherche pas à connaître, qu'il se rhabille et qu'il s'assied sur le banc à côté d'elle, elle ne bouge pas. Elle ne se rhabille pas non plus, le regarde juste un peu, et puis un peu encore, histoire de voir combien Gino sait taire les choses dont il ne veut plus parler.
- Alors, c’était suffisant comme preuve ?
Elle hausse les épaules, se rhabille enfin puis, se tournant vers lui :
- Je sais pas. De quoi tu parles ?
Elle sourit de toutes ses dents, se mord la lèvre et, les iris rivés sur son visage qui disparaît un peu derrière son rideau bien entretenu de cheveux châtains, plisse les yeux.
- Combien tu me payerais ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

PRÉNOM : KEKE
AVATAR : ELIAS
CRÉDITS : LA CLÉOPÂTRE
MESSAGES : 1090
DEPUIS QUAND : 08/04/2016

MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   Jeu 28 Avr - 8:52

La fierté d’avoir joué les hommes forts qui maîtrisent tout se mêle à une immense lassitude. Je me questionne sur ce que je suis et j’en viens à la conclusion que je ne suis qu’une putain de machine, un robot qui réagit au quart de tour et qui marche machinalement. Il entend quelque chose et il fait tout de suite, en réponse. Voilà ce que je suis, un robot. J’ai jamais eu envie de baiser Luca, mais ses mots qui sous-entendaient un « cap ou pas cap » ont réveillé mon programme de robot. Alors j’ai fait, sans plaisir, sans envie, dicté par la loi de la Nature qui veut qu’on fasse ainsi et pas autrement. Peut-être que finalement je n’suis qu’un animal.
Instinct de survie.
Luca met mille ans à se rhabiller.
- Je sais pas. De quoi tu parles ?
Un sourire découvre ses dents maladives. À cet instant j’ai très envie de la gifler et de bousculer son corps à terre puis de la marteler un instant. Il y a tellement d’insolence dans ce qu’elle est. Ça me donne l’impression de m’être fait piéger, d’être le con qui met ses deux pieds dans le plat et qui se retrouve bête et immobile, les barreaux autour de lui.
Pour toute réponse, je lui envoie un regard chargé d’orage et de colère.
Il transpire de violence.
Violence, mes mains en sont fournies et elles tremblent d’ailleurs un peu, les doigts frémissent. Allez Gino, un peu de courage, il faut réussir à contenir tes coups. Peut-être qu’elle s’en prendra un jour, mais à l’ombre des murs et pas sous les regards illuminés des figures religieuses présentes ici.
- Combien tu me paierais ?
Je laisse échapper un grand rire abasourdi.
Mais ses petits yeux plissés à elle ne rient pas du tout.
- J’espère que c’est une blague ?
Je demande enfin, après un silence.
- Tu crois vraiment que je débourserais un centime pour ça ? Pour toi ?
Après mes yeux, c’est ma voix qui est pleine d’orages, elle gronde, menaçante. Moi je rigole pas non plus, je préfère prévenir. Elle va me fâcher, avec cette histoire. Je ne me cherche pas d’excuses, mais j’ai jamais voulu et si j’en avais eu envie, je serai allé dans la maison Salucci, j’aurai choisi la plus belle des filles et j’en aurai profité.
Luca, c’était une corvée.
C’était pour lui prouver – et à moi aussi – que rien ne m’arrêtait, que j’étais capable de franchir toutes les limites possibles, dont celui de commettre le péché de chair. Le pauvre Jésus qui peut même pas se retourner sur sa croix a dû tout voir.
Misérables, c’est l’Enfer qui nous attend !
Je regarde Luca et je ne sais plus quoi ressentir face à cette personne. Je crois que j’ai de la pitié pour elle de la voir sans cesse à genoux à ramper dans les égouts, à aller chercher les moindres miettes, à manipuler et piéger les autres pour obtenir tout juste ce qu’il faut pour subvenir à ses besoins.
Et pourtant, elle s’en tire bien.
Ça m'écorche de le penser mais il faut l'avouer, elle est forte, Luca.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: THE SIN IS NEAR (LUCA)   

Revenir en haut Aller en bas
 
THE SIN IS NEAR (LUCA)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Briegel 1/35 Z-Luca design
» (Vendue) Zénith De Luca Réf : 21310400
» TU, MIO de Erri De Luca
» Erri de Luca
» IGOR LE LOUP de Daniela De Luca

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ICI LE JOUR :: LA VILLE :: L'ÉGLISE-
Sauter vers: