AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vipère au poing. (Night)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Vipère au poing. (Night)   Mer 13 Avr - 20:38

Un cœur détruit ne va devenir que cendres. Il était inhabituel que Sunghee se trouve à cet endroit-là pour des plaisirs non personnels - en quelque sorte. Mais dans tous les cas, quelque chose la poussait à y aller. Elle était ambitieuse, déterminée et prête à se faire une nouvelle a(enne)mie afin de pouvoir s'enrichir dans le pouvoir de la Mère. Elle était sortie pour aller au parc pour capturer ses prochaines proies mais aucune ne l'avait satisfaite. C'est alors qu'elle ne remarqua qu'à présent la présence de quelqu'un sur le banc auquel elle était assise. « Tous des goujats. » Une voix chevrotante : un vieillard, sûrement, mais pas n'importe lequel ; celui qui s'était assis là, sur ce banc, depuis le début, et qui n'était autre qu'un déguisement. « Tous des croqueurs de femmes. » avait répondu Sunghee, caressant les fleurs qu'un jeune homme lui avait donné tout en les sentant et en les regardant avec tant de désir. « Je me présente... Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur. » Quelle surprise que voilà ! Un canular ? Bien évidemment mais plutôt un alias afin de ne pas se faire remarquer. Entre criminels, les gens se comprennent. De plus, ce dit Arsène se mit à rire tel un enfant fier de sa farce. Après quelques instants de silence, elle se décida à prendre tout doucement l’œillet qui se trouvait sur la main de son compagnon. Ça allait être une belle journée, si l'on pensait également à la confrontation entre Night et la coréenne. Un jeune couple passait par là. Forte intriguée par ce manque de respect envers la pureté et la chasteté des gens, Sunghee s'exprima : « Savez-vous que vous nous offrez un beau spectacle ? Retournez faire ça dans vos chambres, vous serez beaucoup mieux là-bas qu'ici. » Ainsi donc le garçon et la jeune fille repartirent en gloussant. Et pendant ce temps-là, le soi-disant voleur parlait de lui. Même un peu trop ce qui poussa la coréenne à enregistrer la conversation. Ils se levèrent en même temps et par un commun accord, ils allèrent se promener.
Les informations se faisaient plus croustillantes et les péchés de plus en plus nombreux au fur et à mesure que le voleur parlait. Il crachait le morceau et ça plaisait énormément à la jeune femme. Ce sont des histoires à aller raconter à la police qui permettent de bien se faire voir, surtout quand on vous connaît pour quelques faits malheureux. Mais il suffit d'acheter les policiers et le tour est joué car ils sont tous soumis. Le voleur s'arrêta de parler. Maintenant, il fallait trouver un sujet de conversation. Et cette chose était, à chaque fois, exaspérante et difficile. Lorsque l'imagination ne vient pas, il ne sert à rien de vouloir forcer son esprit a trouvé quelconque chose cohérente. Ces situations, qui arrivaient parfois assez souvent à Sunghee, lui faisaient peur, et elle ne contrôlait plus rien ; son cœur commença à lui faire une farce en battant de plus en plus. La jeune femme se sentit livide et sans vie, même. Mais, au bout de quelques instants, elle se décida enfin à parler : « Mon cher Arsène. Votre compagnie m'a réjouit mais il est à présent temps de nous quitter car vous avez assez bien parlé. » Ils étaient déjà presque arrivés au cabaret quand ils se dirent les adieux. Elle lui donna une carte où était indiquée une fausse adresse. « Retrouvez moi là-bas dans trois jours à vingt-et-une heures. » Ils se serrèrent la main. « Au revoir, mademoiselle. » Alors, elle s’avança à l'entrée du lieu et pénétra sans effraction par la porte. Le manque de respect se ferait voir mais pas tout de suite. Sunghee marcha lentement vers les loges et expliqua sa fausse situation au garde du corps qui eut crû à cette sottise, la sottise étant le fait qu'elle fasse partie de sa famille et que la danseuse avait laissé des vêtements pour elle dans sa loge. Il la laissa passer et elle entra dans cette dernière. Heureusement pour elle, elle était encore sur scène. C'est alors que la jeune femme fouilla dans les affaires, prit les rouge à lèvres, en mit sur les miroirs, écrivit Whore et d'autres obscénités puis prit tout ce qui était en sa possession pour colorier la loge dont les fards à paupières, les fonds de teint, les eye-liners, et des pots de crèmes hydratantes. Sunghee vida tout cela sur le sol, sur les miroirs et parfois sur les vêtements. Tout était à présent fouillis. Et c'est alors que Night fit son entrée. La coréenne pouvait entendre les applaudissements. « Bien le bonsoir, Night. Tu n'es qu'une putain. Cela faisait longtemps que je t'attendais. » Pour mieux se faire respecter, elle sortit son arme de sa veste et lui dit que si elle tentait quoi que ce soit, c'était son cerveau qui allait couler.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PRÉNOM : morgane
AVATAR : dt
CRÉDITS : chevalisse, ranipyaar
MESSAGES : 220
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: Vipère au poing. (Night)   Ven 15 Avr - 15:04



L'arrivée de la déesse se fit comme toujours au dernier moment, surprenante, mais loin d'être inattendue. Au contraire, c'est ce que les spectateurs attendaient le plus : La Vénus d'Or. Elle était toujours présente dans les esprits, elle faisait rêver, voire fantasmer, mais malheureusement, ce n'était pas tous les soirs qu'elle se présentait, ni même une fois sur deux. C'était de manière irrégulière qu'elle daignait montrer une parcelle de sa peau avec une grâce et une délicatesse sans pareille, une lenteur qui pourtant arrivait à enivrer homme comme femme. Elle assujettissait d'un regard, d'un geste, d'une hanche qui ondulait, le tout au rythme de la musique. La nudité n'était même pas nécessaire, sa présence était suffisante, imaginer était suffisant aussi. C'était ainsi qu'elle nourrissait leurs fantasmes, elle était là mais ne montrait rien, elle suggérait, le subtil était sa plus grande arme. Et jusque-là, cette arme plaisait.
Balayant la salle du regard qui était noire de monde, notamment d'hommes de tout âge, la jeune blonde commença à se mouvoir, un peu plus en avant par rapport aux autres danseuses sur scène. Toutes ensembles, elles envoûtaient, charmaient. Mis à part la musique, le silence pesait dans la salle, il laissait place à l'admiration sans fin. Quelqu'un manquait dans la salle, Night le savait, mais elle se contenta de danser comme elle savait si bien le faire, se retrouvant elle-même prisonnière d'une passion folle qui la rendait différente, fascinante, impressionnante.
Les cris de joie s'élèvent, les applaudissements résonnent presque au point d'en faire vibrer les murs, le spectacle prend fin. L'euphorie a pris possession des corps, mais Night n'en profite guère. Une courbette légère puis elle se retire avec discrétion, comme si c'était une simple ombre qui était passée, une illusion agréable mais qui prit fin pour tous et pour toutes, ils allaient de nouveau devoir faire preuve de patience et d'imagination pour faire vivre la déesse pendant la période d'absence qui allait suivre.

À peine eut-elle ouvert la porte qu'un nouveau spectacle prit vie sous ses yeux. Plus rien n'était à sa place, tout avait été saccagé. Night avait eu l'impression qu'une tempête était passée par là, une tempête qu'on ne désirait pas, qu'on ne prévoyait pas surtout. Les miroirs avaient été salis d'injures, ses vêtements jonchaient au sol, ils étaient troués, déchirés, souillés. Les murs étaient recouverts de fards, roses, marrons, bleues, de poudres et de crèmes. Sa loge qui lui était propre et personnelle était comme un nouveau décor qu'elle ne reconnaissait pas, et surtout qu'elle n'aimait pas. Mais la jeune femme restait impassible, neutre, comme si elle ne voyait rien, comme si tout ça lui était égale. Elle aurait pu avoir peur, mais ce n'était pas le cas. Pourtant, la menace était bien là, juste sous ses yeux, personnifiée en une jolie jeune femme, une asiatique. Cette dernière semblait à peine plus âgée qu'elle, et même, en réalité, elle paraissait plus jeune avec son visage doux et enfantin. Comme quoi, l'adage ne pas se fier aux apparences était d'une grande justesse. Néanmoins, plutôt que de ressentir de la peur ou de la méfiance, la danseuse ressentit tout d'abord une sorte de curiosité. Ne serait-elle pas une jolie danseuse dans sa troupe ? Pensa-t-elle.
Laissant un sourire étirer ses lèvres, elle lança enfin :

« Un si jolie visage pour de si vilains mots... » La phrase tout juste dite, un objet noir est pointé entre ses deux mirettes vertes, mais encore une fois, Night reste impassible. Une arme à feu... Quel gâchis. Il n'y avait rien d'admirable ni d'effroyable dans ce jouet-là, il donnait du pouvoir à quiconque le tenait entre ses mains. Même le plus pitoyable des hommes avaient une supériorité sur les autres avec cet objet entre les mains. C'était insultant, la blonde ne se voyait absolument pas périr à cause d'une stupide balle ayant heurtée son crâne. Évidemment, pour la personne qu'elle était, elle s'attendait à quelque chose d'un peu plus noble et beau.

« Qu’espérez-vous en pointant cette infamie sur mon visage ? Du respect ? » Si Night était une femme un peu plus démonstrative avec les inconnus, elle aurait sûrement ri à gorge déployée. Cependant, elle se contenta d'un sourire narquois au coin des lèvres. Elle contrôlait la situation contrairement à ce que la scène pouvait faire croire. Elle contrôlait absolument tout. Elle était sur son territoire, elle était la Déesse. Alors que certains trembleraient, Night jubilait d'excitation. La situation pouvait prendre une tournure intéressante.

« Soyez polie et présentez-vous au moins. Qui êtes-vous et que me voulez-vous ? »

© charney, money honey ( sign )

_________________
La belle folâtre
Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis : Veux-tu, c'est le mois où l'on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ? -V.HUGO ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Vipère au poing. (Night)   Ven 15 Avr - 17:13

La situation était bien comique mais seulement pour Sunghee ? Le fait que Night ne s'écroule pas sous la menace la faisait clairement chier. « De si vilains mots ? Ils sont partout où nous sommes. Et je suis jolie enfant, n'est-ce pas ? » Elle avait pointé son pistolet sur la seconde humaine et espérait qu'elle prit peur. Parce que n'importe quel homme et n'importe quelle femme la suppliait d'épargner sa vie. « Je pensais que cela se passerait correctement parce que toute personne pitoyable se fait pipi dessus quand quelconque arme se pointe sur elle. » Elles se trouvaient être dans le best-of d'un film. « Coupé ! Mon flingue ne marche pas. Tu es d'accord si on la refait ? Va dehors et quand je te dis de rentrer, rentre ! » Sauf que Night ne bougeait pas d'un poil. Bah ! si elle en avait des poils en même temps. À cette pensée, Sunghee ricana et s'expliqua par la suite. « Mon nom est Sunghee. Je suis une criminelle tuant tout le monde : prostitué(e)s, tueurs à gages, voleurs, simple gente masculine ou féminine. Mais que dis-je ? Je ne connais pas le genre et la classe sociale des gens que je tue alors comment puis-je te dire qui je tue ? À part la gente masculine et féminine, tout n'est pas cohérent. Bah ! passons à ce que je pensais. La chose qui m'a fait ricaner, c'est que je pensais que tu n'avais pas de poils. Tu serais Non-Poilus Nightimus. Tu crois que ça donnerait quoi avec le mien ? Sungheemus, Non-Poilus ! » Ses cours romains se mélangeaient clairement dans sa tête : mais tout cela était drôle parce qu'elle n'en avait jamais pris ! Son inspiration venait des Ius que les gens mettaient à l'époque. Les cours romains, ils étaient malins. Sunghee rangea son pistolet dans sa veste, se leva et se baissa devant Night comme les coréens faisaient pour remercier les gens. Elle ne savait pas du tout pourquoi elle faisait ça mais peut-être que ça justifiait son acte futur. Elle s'était approchée d'une robe intacte qui n'avait pas eu à subir les dommages. « Je te rembourserai pour les robes et tes cosmétiques. Voudrais-tu bien écrire l'adresse à laquelle je pourrai donner mon argent pour ta personne ? Je suppose qu'ici, vous avez des femmes de ménage pour nettoyer tout cela. » La jeune femme désigna le sol, les murs et les miroirs puis enleva sa veste et son haut, laissant voir son soutien-gorge et les quelques bleus par-ci et par-là, parsemés dans tout son dos. « Je n'ai jamais vu quelqu'un d'assez violent comme cela. J'arrive à combattre mais cette fois-ci, c'était dur ! » Sunghee essaya la robe, essayant de ne pas la salir et se regarda dans un peu de miroir, les obscénités écrites cachant à peu près tout ce qui le constituait : le verre. Sa poitrine se trouvait un peu plus volumineuse qu'elle ne l'était déjà mais elle se trouvait belle. Peut-être qu'elle en avait même oublié le but principal de sa visite. La tuer. « Mon but, bordel ! Une confrontation, comme Sherlock et Moriarty. Toi qui est anglaise, du moins, je le crois à ton nom et prénom, tu connais, forcément ! Te tuer, simplement. Tomber dans les eaux froides de Reichenbach ! » Les lèvres de Night s'étendaient en un large sourire comme celui du Joker. « Fais pas cette tête, tu me fais penser à Heath Ledger dans le rôle du méchant, dans Batman. Il me fait peur ! » Si elle s'attendait à quelque chose de plus beau... « Du sang ?! » Alors voilà ce qu'elle voulait : des bleus et des yeux au beurre noir. « Elles sont jolies, tes danseuses. Tu les a recrutées où ? Dehors quand elles faisaient le tapin ? Bah, on peut difficilement les différencier à des catins mais tout de même un peu. Toi, pas trop ! » Elle ricanait et faillit s'étouffer. « Putain, j'ai pas de chance. Ce serait con que je crève avant notre affrontement, hein ? » Elle ricanait encore plus. Sunghee enleva la robe et remit sa veste et son haut. Elle la plia correctement et la remit au bon endroit. Puis, un rouge à lèvres pas trop usé se trouva dans ses mains et elle écrivit : Élementaire, mon cher Watson ! sur le miroir où il restait un peu plus de place. « Passons à un sujet sérieux ! Qu'as-tu appris à l'école, toi ? Je doute sincèrement que nos systèmes scolaires soient différents mais on ne sait jamais. On se trouve en Europe, là, pas à l'autre bout du monde ! T'as fait comment pour devenir danseuse ? Ah mais oui, je suis conne, j'ai déjà donné la réponse tout à l'heure. Tu as un joli corps, ça, c'est sûr ! » Elle reprit son pistolet très rapidement et tira dans le sol, vers ses pieds pour lui faire peur dans le sens sursauter. C'était un silencieux, fait contradictoire. « Si j'oublie de quel genre sont mes armes, ça va pas le faire ! » Elle rangea son arme. Un deuxième ricanement et un autre étouffement. Bah ! la vieillesse la prenait aujourd'hui ou quoi ?
Revenir en haut Aller en bas

avatar

PRÉNOM : morgane
AVATAR : dt
CRÉDITS : chevalisse, ranipyaar
MESSAGES : 220
DEPUIS QUAND : 09/04/2016

MessageSujet: Re: Vipère au poing. (Night)   Dim 12 Juin - 20:03



Impassible, ainsi elle restait. Son fin sourire avait disparu en une seconde à peine, et elle affichait de nouveau une expression illisible. De marbre, un véritable glaçon qui était incapable de fondre face à cette asiatique qu'elle ne connaissait pas. Bien qu'elle trouvait sa tête adorable, Night souhaitait guère la connaître plus. La voir perdre le fil, ne même plus se souvenir ce pourquoi elle avait fait irruption dans sa loge l'énervait quelque peu. Cette demoiselle lui faisait perdre son temps, et la blonde était loin d'apprécier cela. Elle divaguait, parlait, radotait, sans attirer une seule fois l'attention de la jeune blonde dont le regard détaillait simplement la pièce. Plus vite elle parvenait à mettre fin à ce calvaire, plus vite elle pourrait aller se coucher. La bonne nouvelle était que la jeune femme avait abandonné son arme à feu, elle avait compris que la peur était inefficace face à la directrice. Ayant semé le bazar dans sa loge, diverses pièces étaient à ses pieds, pouvant avec un peu d'imagination se transformer en arme blanche. Des morceaux de tissus abîmés pour orner sa gorge pâle et la comprimer jusqu'à son dernier souffle. Des bouts de verre pour laisser des marques rouges sur son corps déjà souillé, sali de teintes bleus et écorchures plus ou moins profondes. Et ses magnifiques ceintures pour calmer ses ardeurs et la soumettre, elle n'était pas assez sage cette coréenne, une bonne correction ne lui ferait pas de mal. Son regard erra sur les courbes mises à nues de l'asiatique qui osait emprunter une robe à la danseuse. C'est qu'elle avait un jolie corps, il était bien dommage que sa personnalité ne suivait pas. Elle en aurait bien fait sa danseuse, mais là n'était pas le sujet. En ce manque d'attention de la part de la tueuse, elle voyait surtout une occasion de frapper fort, là où ça faisait mal.

« Sunghee, c'est cela ? Pourrais-je savoir pourquoi tenez-vous tant à me tuer ? Certes, vous tuez sans faire aucune distinction, mais voyez-vous... » L'Anglaise marqua une pause, s'avançant petit à petit vers la proie qu'elle souhaitait éliminer au plus vite. Sunghee était un peu comme un insecte qui pénétrait dans le domicile de quelqu'un, soit il trouvait lui-même la sortie, soit on le laissait périr dans une vaporisation acide et toxique. Il serait triste d'en arriver au stade le plus violent, mais pour Night, elles avaient déjà atteint un point de non-retour. Alors que l'inconnue était toujours obnubilée par son reflet, Night en profita pour attraper un long sautoir de perles qu'elle cacha dans son peignoir de satin couleur crème. « Je ne suis personne. Mon meurtre ne vous apportera rien. Aucune attache, pas d'enfants ni amants, ni même un copain. Des amis, j'en ai peu également. De l'argent, j'en ai mais il ne vous reviendra pas. En bref, ma mort n'est aucun cas une chose qui pourrait intéresser un citoyen de cette ville et donc vous donner un quelconque prestige. »

Des mots et des mots, c'est tout ce qu'entendait la danseuse. Sherlock, prostitution, système scolaire ? Elle en avait du mal à la suivre tant elle divaguait, puis son attention se portait surtout sur cette arme qui était à quelques mètres d'elle, trônant toujours sur la coiffeuse. Il lui suffisait simplement de tendre le bras, d'attraper ce fichu jouet et de lui coller une balle au milieu du front pour lui faire un jolie bindi. Puis comme elle était occupée à écrire des sottises sur son miroir déjà barbouillé de mots vulgaire, la tâche allait lui être simplifiée. La main de Night se fraya un chemin, progressa jusqu'à l'arme, mais au moment où elle en toucha son métal la main de l'asiatique le saisit. Se reculant avec rapidité par méfiance, un bout de verre se logea douloureusement dans son pied ce qui lui arracha une grimace passagère. Une balle heurta le sol près des orteils de la danseuse, ce qui la fit dégainer son sautoir avec agilité, le collier de perle venant violemment fouetter la joue innocente de l'asiatique, à l'image d'une gifle que l'on donnait en y mettant les griffes. Une trace rouge se dessina sur la joue de cette dernière, amusant la danseuse qui ne sentait presque plus le bout de verre s'étant niché dans son pied.

« Se faire fouetter par une tapin, c'est insultant, vous ne croyez pas ? » Et comme toujours, l'anglaise se tenait droite, renvoyant l'image d'une femme qui maîtrisait tout, même la situation, même si en réalité elle n'avait pas réussi son coup. Celui de la tuer. « Asseyons-nous comme deux bonnes femmes et discutons. Je n'ai pas le temps de me consacrer à ce genre de batailles où on se tire les cheveux et où on se flagelle avec les bretelles de nos soutien-gorges. Ce combat sera sans issu, nos forces sont égales, pas besoin de se battre pour s'en rendre compte. »

© charney, money honey ( sign )

_________________
La belle folâtre
Elle me regarda de ce regard suprême
Qui reste à la beauté quand nous en triomphons,
Et je lui dis : Veux-tu, c'est le mois où l'on aime,
Veux-tu nous en aller sous les arbres profonds ? -V.HUGO ©️pathos.


Dernière édition par Night Ambrose le Lun 13 Juin - 20:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 66
DEPUIS QUAND : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Vipère au poing. (Night)   Dim 12 Juin - 20:03

Le membre 'Night Ambrose' a effectué l'action suivante : LE HASARD


'HASARD' : 26
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://atoutenseveli.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vipère au poing. (Night)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vipère au poing. (Night)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [ANIME] Senkou no Night Raid
» Night of Champs III
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: RED LANTERN ATROCITUS
» Photos old vw crew night party 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ICI LE JOUR :: LA VILLE :: LE CABARET-
Sauter vers: